Ce site utilise les cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Les Congrès mondiaux contre la peine de mort

 

Le troisième Congrès mondial contre la peine de mort

Du 1er au 3 février 2007, se tenait à Paris le 3ème Congrès Mondial contre la peine de mort. Comme lors des deux précédents congrès mondiaux de Strasbourg et Montréal, le Barreau de Paris a participé activement à son organisation.

L’avocat est le dernier rempart face à une condamnation à mort. C’est pourquoi l’un des moments forts du Congrès a été la table ronde, co-organisé par Ensemble Contre la Peine de Mort (ci-après ECPM) et le Barreau de Paris, sur « les avocats face à la peine de mort ».
Présidés par le Bâtonnier Yves Repiquet et en présence d’avocats venus des Etats-Unis, du Japon, de Chine, de France, de Mauritanie, et de Trinidad et Tobago, les débats se sont concentrés sur les difficultés rencontrées par les avocats face à la peine capitale. Comment les avocats peuvent-ils s’entraider devant le risque de voir prononcer la peine capitale ? Comment partager leurs expériences, soutenir ceux qui rencontrent des difficultés face à une justice parfois défectueuse et arbitraire ? Et enfin, quel rôle pour les Barreaux et organisations de juristes ? Fort de leur expérience les intervenants ont tenté de proposer des solutions. 
Le vendredi 2 février, le Bâtonnier a accueilli l’ensemble des congressistes à la Maison du Barreau pour l’une des soirées officielles du Congrès. Cette cérémonie fut marquée par la présence de Madame Bianca Jagger, Ambassadeur de bonne volonté du Conseil de l’Europe ainsi que de Madame Marta Ocampo de Vasquez, Présidente de l’association des mères de la place de mai. Les représentantes de l’American Bar Association et de l’Inter American Bar Association ont également pris la parole pour partager avec l’ensemble des congressistes leurs expériences en matière de lutte contre la peine de mort.

Présents aux cérémonies d’ouverture et de clôture du Congrès, le Bâtonnier ainsi que Dominique Tricaud, membre du Conseil de l’Ordre et chargé de mission pour les droits de l’Homme, ont témoigné de l’engagement du Barreau de Paris dans le combat contre la peine de mort. Ils ont fait part à la « communauté » abolitionniste de la création, par le Barreau de Paris, d’un l’Institut pour l’abolition universelle de la peine de mort. Ils ont également participé, aux cotés de Robert Badinter, à la marche citoyenne contre la peine de mort.

De Strasbourg à Paris, en passant par Montréal, la mobilisation des avocats et des barreaux étrangers n’a cessé de s’intensifier. Le Barreau de Paris, présent depuis le premier congrès mondial et membre fondateur de la coalition mondiale contre la peine de mort, continuera de mobiliser le monde judiciaire pour l’abolition universelle de la peine de mort.

La déclaration finale du 3ème Congrès mondial contre la peine de mort.